Ouvrir un bar, pour créer un lieu d’échanges et de convivialité, est le rêve de nombreux entrepreneurs. Mais de l’idée à l’ouverture, de nombreuses formalités vous attendent : faire un business plan, trouver un concept, dénicher le lieu idéal… Mais aussi s’assurer d’être bien à jour sur les différentes réglementations et les normes d’hygiène et de sécurité. On vous explique comment ouvrir un bar, étape par étape !

 

Première étape : trouver un concept pour votre bar

C’est la base : beaucoup de bars ouvrent chaque année, il est donc essentiel pour vous d’apporter un plus value à votre offre. Vous devez être bien au clair sur ce qui va faire votre force. Comment ?

En trouvant un concept : quelle ambiance voulez-vous proposer ? Quelle expérience vont vivre vos clients ? Cherchez à créer l’étonnement que ce soit autour d’un thème particulier, ou une boisson (bar à rhum par exemple), une déco originale, un engagement écologique ou une communication décalée… Trouvez votre style.

  • En étudiant l’offre et la demande locale : quels types de bar y’a-t-il dans votre ville, dans le quartier cible ? Comment vous démarquez ? Étudiez la concurrence directe.
  • Si vous ne savez pas encore où vous situer, visitez plusieurs lieux et renseignez-vous en cas de coup de cœur : la rue est-elle fréquentée ? Quelle sorte de public y passe le plus souvent (âge, catégorie socio-professionnelle) ? A quelle heure de la journée ?

La réalisation d’un benchmark complet et d’une étude de marché sont des étapes primordiales vers le succès de votre futur établissement.

 

Seconde étape: établir un business plan

Pour vous aider à avancer et apporter du concret à votre projet, il est indispensable de monter un business plan. Il vous permettra de savoir si vous pouvez être rentable, à partir de quand et poser clairement votre besoin en terme de capital. Fixez un budget prévisionnel : commencez par établir votre carte, avec les prix (on n’oublie pas la TVA). Ensuite, établissez les marges que vous souhaitez dégager. Budgéter le matériel nécessaire, ainsi que le nombre d’employés dont vous aurez besoin et les charges afférentes.

Un business plan se compose donc de différentes parties :

  1. Présentation du projet, du créateur, de l’idée avec les caractéristiques de votre bar et vos motivations
  2. Etude de marché : description de votre secteur d’activité en France, dans votre ville, la demande, l’offre, l’étude de l’environnement global (réglementaire, légal)
  3. Stratégie de développement et plan opérationnel : vos produits, la politique de prix, la distribution ainsi que votre stratégie de communication et commerciale à moyen et long terme.
  4. Les moyens à mettre en oeuvre : humains, juridiques et matériels
  5. L’analyse financière : plan de financement, tableau des amortissements, fond de roulement, salaires, compte de résultat, seuil de rentabilité et plan de trésorerie.

En étudiant le marché local, vous aurez une idée plus précise de la viabilité de votre bar. Vous allez devoir tout détailler, et prendre conscience de ce qui vous attend : votre projet est-il réaliste ? Faites le point sur vos ressources, vos atouts et aussi vos points faibles pour trouver comment y pallier !

Besoin d’un modèle pour créer votre business plan ? N’hésitez pas à télécharger et vous inspirer de notre exemple de business plan disponible gratuitement.

De plus, des professionnels peuvent vous aider dans la création de votre business plan : organismes d’accompagnement, CCI, associations d’accompagnement de créateurs d’entreprise, experts comptables… C’est une étape importante dans la vie de votre bar !

 

Troisième étape: Trouver des financements

Il est plutôt rare d’avoir dès le départ les fonds nécessaires pour ouvrir son bar. Dans ce cas, trois options :

  1. Faire appel à une banque : c’est là tout l’intérêt d’avoir un business plan bien construit, car convaincre un banquier de vous prêter de l’argent pour ouvrir un bar avec la conjoncture actuelle n’est pas gagné. Soyez assuré que tous les chiffres de plan financier vont être examinés à la loupe. Un courtier peut également vous aider en amont du montage financier. Pensez bien à négocier des facilités de caisse en cas d’imprévus.
  2. Trouver des investisseurs : que ce soit vos proches (on parle alors de Love Money) ou des business angels, là encore votre business plan va être la clé. Apprenez à ”pitcher” votre projet : pourquoi montez-vous ce projet, en quoi vous touche-t-il, qu’est-ce qui fait toute la différence, et à quel besoin répondez-vous ?
  3. Obtenir des aides : il existe de nombreuses aides à la création (comme l’ACCRE), renseignez-vous selon votre statut (auprès de vos collectivités locales, de Pôle Emploi qui proposent des accompagnements, de BpiFrance,…).

 

 

Quatrième étape: choisir la forme juridique

SI vous ne l’avez pas encore fait, il est temps de réfléchir au statut juridique de votre entreprise.

  • Si vous êtes le seul associé, une EURL est conseillée (entreprise unipersonnelle responsabilité limitée) ou une entreprise individuelle (entreprise en nom propre)
  • Si vous avez des associés : vous pouvez opter pour une SARL.

 

Il existe d’autres statuts. Tout dépend de votre situation et de vos objectifs. Déclarez ensuite juridiquement votre entreprise au CFE (centre de formalités des entreprises) de votre chambre de commerce et d’industrie pour bénéficier de leur aide pour les formalités.

Pour cela, il faudra également avoir choisi un nom commercial. Vérifiez qu’il n’est pas déjà déposé à l’INPI !

 

Cinquième étape étape : trouver un Local commercial

Il est alors temps de chercher votre un local commercial :

  • soit en louant un local (simple droit au bail)
  • soit en devenant propriétaire d’un local
  • soit en achetant un fonds de commerce (avec la clientèle, le bail, le matériel présent, le transfert des contrats de travail des salariés déjà présents)
  • avec la location gérance

Sixième étape : connaître les réglementations en vigueur

Gardez bien à l’esprit que pour ouvrir un bar vous devez respecter des obligations légales et suivre la réglementation. Votre CFE pourra vous communiquer les différentes réglementations à respecter pour votre bar. Il vous faudra notamment :

  • Une licence IV de débit de boissons : son prix varie selon les villes (jusqu’à 10 000€). Elle est sujette à conditions : vous devez être majeur et votre casier judiciaire sera examiné (si vous avez été arrêté pour vol, escroquerie ou recel, elle vous sera refusée).
  • Un permis d’exploitation : il vous sera délivré à la fin d’une formation payante agréé par arrêté du ministre de l’intérieur. Elle dure 3 jours. Le permis est valable 10 ans et doit être déclaré à la mairie de votre ville ou à la préfecture de police à Paris.

 

Pensez également :

  • A respecter les affichages réglementaires pour la clientèle : interdiction de fumer, les prix et la TVA…
  • Respecter les normes d’hygiène et de sécurité
  • A faire une demande d’autorisation préalable auprès de la Sacem pour pouvoir diffuser de la musique dans votre commerce (et à budgéter la redevance annuelle à leur payer)
  • Demander une autorisation en mairie si vous souhaitez disposer d’une terrasse : si elle est accordée, vous devrez payer les droits de voirie.

 

 

Vous avez maintenant toutes les premières étapes clés en main pour vous lancer dans l’ouverture de votre bar.

Pin It on Pinterest

Share This