Vous vous lancez dans la grande aventure de l’ouverture d’un bar, restaurant ou même un hôtel, et inévitablement vous allez rapidement vous retrouver confronter à la grande question : comment financer mon projet ? Certes, vous avez peut-être un apport financier personnel mais comment convaincre la banque de vous fournir le reste ? Sur quelles aides pouvez-vous compter ? Focus sur le financement de votre établissement !

 

1 – L’apport personnel pour financer votre restaurant

 

Il existe plusieurs types d’apports personnels :

 

 

  • L’apport en numéraire : ou “fonds propres”. Un apport sous forme financière qui va constituer le capital social de votre société et qui vous permettra de faire face aux premières dépenses nécessaires pour votre activité, comme financer votre besoin en fonds de roulement… Concrètement, vous puisez dans votre propre compte en banque pour le reverser sur le compte professionnel de la société. En général, il est conseillé de mettre 30% de la somme nécessaire au financement. Mais veillez à garder quelques économies personnelles pour pouvoir pallier à d’éventuels problèmes de trésorerie par la suite !

 

 

  • L’apport en nature : vous apportez l’un de vos biens personnels (voiture, immobilier…) dont la valeur représentera votre part sociale. Ce peut être intéressant si vous possédez un patrimoine important sans avoir beaucoup de liquidités. Cela permet d’utiliser votre argent pour d’autres investissements. Pour effectuer un apport en nature, vous devez faire évaluer votre bien par un commissaire aux apports (sauf en cas de SARL si le bien représente moins de 50% du capital et que sa valeur est inférieure à 30 000 €.)

 

  • L’apport en industrie : vous ou votre associé mettez à disposition un savoir-faire ou votre travail au profit de la société (sans obligatoirement être salarié de l’entreprise). Cet apport relève d’un régime particulier et ne fonctionne pas en cas de société anonyme (SA).

 

 

2 – Le prêt bancaire pour financer votre restaurant

 

 

C’est LE graal des nouveaux entrepreneurs ! Pour l’obtenir, il est indispensable de réaliser un business plan avec un plan financier solide (compte de résultat prévisionnel, bilan prévisionnel…). Vous devez convaincre la banque de la réussite future de votre activité. Votre banquier vérifiera également que vous êtes solvable : si vous créez un restaurant sans aucune expérience, il sera surement réticent. Pensez à faire un stage ou une formation pour prouver votre investissement !

 

Sachez que les banques préfèrent financer les investissements et le stock de démarrage (le “durable”) mais ne financent que rarement votre BFR.

Ne négligez pas non plus l’étude des garanties demandées par votre organisme bancaire : certaines conditions exigent parfois que vous remboursiez à titre personnel le prêt en cas de faillite de votre affaire.

 

 

3- Le prêt brasseur

 

 

Le prêt brasseur est un prêt financier ou une mise à disposition du matériel d’un brasseur (enseigne, tables, chaise, percolateur, matériel de tirage de pression) sur une période déterminée (5 ans maximum). En échange, vous vous engagez à signer un contrat d’achat exclusif d’approvisionnement avec lui ainsi que la commande d’un certain volume de boisson.

 

Voici quelques points à bien préciser en amont du contrat :

  • Les quantités minimums à acquérir sont-elles raccord avec votre volume d’activité prévisionnel ?
  • Quelle est la durée du contrat ?
  • Les produits à acheter sont-ils au prix catalogue ?
  • Bénéficiez-vous des mêmes remises que les autres commerçants ?

 

 

4 – Les aides à la création d’entreprise

 

 

Il existe également de nombreuses aides à la création d’entreprise, ainsi que des organismes vers lesquels se tourner pour obtenir des aides (financement, subvention, crédit d’impôt, ou allègement de charges…)

 

Parmi eux :

 

  • L’ACCRE, Aide pour les Chômeurs Créant ou Reprenant une Entreprise. Elle vous assure une exonération de charges sociales sur une partie de la rémunération.

 

  • Le dispositif NACRE, également pour les demandeurs d’emploi, il s’agit d’un prêt sans intérêt à la création ou reprise d’une entreprise. Il peut également être activé pour les bénéficiaires de minima sociaux, les salariés repreneurs de leur entreprise, les 18-25 ans, etc.

 

  • L’ARCE, une aide financière à la reprise ou à la création d’entreprise sous forme de capital de Pôle Emploi. Elle équivaut à 45% du reliquat des allocations chômage et est versée en deux fois.

 

  • Le prêt d’honneur, un prêt à taux zéro accordé à la personne (et non pas à votre entreprise) pour tous les entrepreneurs ne possédant pas assez d’apports financiers personnels pour financer la création (ou la reprise) de leur entreprise et demander un prêt bancaire. L’obtenir crédibilise votre projet et permet de bénéficier d’un accompagnement de l’organisme qui vous l’accorde en phase de démarrage. 
Attention : pour l’avoir, il faut présenter un plan d’affaires solide et vous devez le rembourser sous 5 ans !

 

  • Le Contrat d’Appui au Projet d’Entreprise (CAPE), permet de bénéficier d’une aide matérielle et financière, ainsi que d’un accompagnement.

 

  • Le Fisac, un fond qui soutient les commerces de proximité.

 

Renseignez-vous sur les fonds de garantie comme celui du BPI France ou le Fonds de Garantie à l’Initiative des Femmes (FGIF) qui peuvent se porter caution pour vous vous évitant d’hypothéquer votre appartement par exemple ! Et pensez à regarder du côté de potentielles subventions (votre collectivité territoriale vous donnera toutes les informations nécessaires).

 

 

5 – Les autres sources de financement potentielles

 

 

  • La Love Money : c’est à dire l’argent que vous proches sont prêts à investir dans votre business, soit sous forme d’un don exonéré, d’un prêt entre particulier, ou encore d’une souscription de parts au capital de votre entreprise !

 

  • Le crowdfunding : le financement participatif passe par des plateformes spécialisées (Ulule, KissKissBankBank, Foodraising) et s‘utilise en général en complément d’autres financements. Lancer une campagne participative prend du temps pour présenter le projet (création de vidéo, promo sur les réseaux sociaux…) et nécessite souvent de trouver les bonnes contreparties pour les participants (réduction, repas offerts…). L’un des avantages est que vous pouvez tester votre concept et l’engouement de vos potentiels premiers clients ! Il peut prendre trois formes :
  • Le don (ou reward crowdfunding) : pour conforter vos fonds propres
  • Le prêt (ou « crowdlending ») : pour financer des dépenses non prises en compte par les banques (besoin de liquidité, investissements immatériels…)
  • L’investissement (ou « crowdequity ») : pour financer le développement d’un projet à caractère innovant ou boucler un tour de table.

 

  • L’ouverture du capital à des investisseurs ou business angels : faire appel à des investisseurs privés ou publics, qui participent alors au capital de votre société. Cela permet d’alimenter les fonds propres et de gonfler le capital, avant d’aller voir la banque notamment. Attention : cela nécessite un business plan solide, et vos investisseurs auront ensuite des attentes de retour sur profit rapide !

 

  • Le Microcrédit : pour financer les petits projets en création ou en développement, dont le montant ne dépasse pas généralement les 10 000€. Quelques organismes le donnant : France Active, l’Adie, Nef, Créa jeunes, Cap ’Jeunes…

 

  • Le Crédit-bail : un organisme financier achète votre fonds de commerce et devient votre crédit-bailleur; En résumé, vous devenez son locataire avec un contrat de location-gérance.

 

 

 

Voilà vous connaissez désormais les différentes possibilités qui s’offrent à vous pour obtenir un financement pour votre restaurant. Pensez à vous faire aider par un organisme d’accompagnement à la création d’entreprise et/ou par un expert-comptable : ils sauront au mieux vous conseiller pour votre montage financier, en fonction de votre bilan prévisionnel et de la viabilité́ de votre projet.

 

Nous espérons que cet article vous a aidé à y voir plus clair, si vous avez des questions n’hésitez pas à nous les poser dans les commentaires. A vous de jouer !

 

 

 

 

 

Pin It on Pinterest

Share This